PAUL VALET

 

 

MÉMOIRE SECONDE

 

 

 

 

 

à Jean Dubuffet

 

 

 

 

 

 

Frontispice de l'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Peu m’importe par où je commence, car je reviendrai ici.

 

Parménide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès l’origine

les fins se concertent

 

 

 

Le doute est souriant

quand il tranche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sort est furieux

quand il pense

 

 

 

Un regard qui fait mouche

voit double

 

 

 

Contre un Oui sans merci

quel refus choisir ?

 

 

 

Être à la hauteur

de sa déchéance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renoncer

c’est accepter deux fois

 

 

 

Sur le ballast des mots

la parole déraille

 

 

 

Le langage se ride

comme le vieux cuir

 

 

 

Dans la tourbière des adjectifs

le verbe s’enlise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fond, tout est silence

Le reste n’est que du bruit

 

 

 

Mémoire et Oubli

Ordalies posthumes

 

 

 

À la Lune mourante

la Solitude s’allume

 

 

 

C’est dans les yeux

que l’amour se glace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre les paupières déchirées

le ciel se prélasse

 

 

 

Des mots des mots des mots

hérissés de rechutes

 

 

 

Crains ton ombre

Elle voit clair

dans ton faux grimoire

 

 

 

La pierre d’aigle*

a une seconde mémoire

 

 

 

*aétite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La profonde pensée

dédaigne le penser

 

 

 

Il n’y a point d’abri

pour l’absence qui se terre

 

 

 

L’Horreur est généreuse

Elle offre plus qu’elle n’en peut

 

 

 

La Mort

cette bouche libérée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le risque abolit le hasard

 

 

 

Le brouillard

a de fortes mâchoires

 

 

 

C’est le fragile

qui l’emporte

 

 

 

Le danger

cet abîme frémissant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Homme

cette fissure en plein Être

 

 

 

Le Sommeil

cette douceur innatale

 

 

 

Le poète

ce géant vénéneux

 

 

 

Ma pensée bruit

quand la parole la traverse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueillir, le crâne entr’ouvert

des images salvatrices ?

 

 

 

Les arbres piétinent sur place

leurs ombres glissent

 

 

 

À l’aube

les songes frémissent

 

 

 

À marée basse

les épaves sanglotent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paisible est le regard

de la souveraine détresse

 

 

 

Chacun porte sa mort

comme un talisman tordu

 

 

 

Le visage du sacré est béant

 

 

 

Non !

crie le Oui triomphant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grands dépouillés

sont tout proches

des plénitudes impies

 

 

 

Prunelles barbelées

que le pleur havit

 

 

 

L’Essentiel est complice

du médiocre

 

 

 

À plat ventre

ils commandent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’échec

me purgera des louanges

 

 

 

Dans l’inavouable

l’aveu resplendit

 

 

 

Riant est le sanglot

du plus grand passé

 

 

 

Le végétal croît en silence

L’Homme végète avec bruit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bien et le mal

mangent

dans la même écuelle

 

 

 

Martyrs et bourreaux

s’entrelacent

 

 

 

Quand l’ordre est déréglé

le désordre suit sa règle

 

 

 

La Mémoire est ovale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grabataires voient le ciel

à sa juste hauteur

 

 

 

Quand l’amour se rend

le dégoût pavoise

 

 

 

À travers le mur de mes sens

je pressens d’autres emmurés vivants

 

 

 

Graves sont les soucis des objets

qui nous gardent et nous aiment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cœur de mon état second

bat mon cœur

le premier

 

 

 

Apprendre à penser

c’est mourir un peu plus

 

 

 

Dans le pain et le vin

sévit mon innocence

 

 

 

Les dieux ont soif

d’impuissance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consommer le superbe

sa doublure l’exige

 

 

 

L’Évidence comme la Lune

a une face obscure

 

 

 

L’écriture

cette suprême imposture

 

 

 

Une momie parle mieux

qu’un poète

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déhancher le poème

c’est le mettre sur pied

 

 

 

La voix se tait

Le silence éclate

 

 

 

L’incroyable

Approche

 

 

 

Noire déesse de mon cœur

que mes yeux récusent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Se nourrir d’impensable

est le plat du poète

 

 

 

Chaque abîme

a ses paupières tremblantes

 

 

 

Les portes s’ouvrent

Les portes se ferment

en pleurant doucement

 

 

 

Rien n’est plus prompt

qu’un regard fuyant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Veille sur toi

sinon la règle t’emportera

 

 

 

Plonge ta main

dans tes surlendemains

 

 

 

Sois inconscient

sinon tu verras clair

 

 

 

Meus-toi dans le vague

Le précis est gourmand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pointe de l’Esprit est si fine

qu’elle défaille

 

 

 

J’ai dépassé

l’âge de raison

 

 

 

C’est le contre-jour

envoûté

qui nourrit ma clarté

 

 

 

Tout l’envers redoutable

est mon bien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Crépuscule

les ombres se libèrent

de leurs corps

 

 

 

La Nuit déchiquette le Soleil

Le divin pleure ses dieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fatigue nous ouvre

de nouveaux horizons

 

 

 

Il n’y a pas de nobles ambitions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque siècle

a ses tortures sur mesure

 

 

 

Tous les morts

ont la même dimension

 

 

 

La foudre triomphe

elle frappe

Mais son cadavre lui survit

 

 

 

La Rouille est sagace

L’Ankylose est savante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toute idée se défend

Elle boite avec insistance

 

 

 

L’homme est à l’image

de dieu

qui ravage

 

 

 

Avec ses ongles

avec ses griffes

chacun creuse sa raison d’être

il tombe